mardi 24 mars 2009

Dossier préparatoire : "Peut-on avoir le droit de mentir ?"

Que faut-il faire ? Il faut mettre en évidence le problème essentiel posé par le sujet en cherchant :
 A quelle notion du programme le sujet renvoie ?
 La vérité.

 La définition des termes importants contenus dans le sujet.
 mentir : ne pas dire la vérité, dire ce que l’on sait être faux, acte intentionnel (on ne peut dire le faux que si l’on connaît le vrai)
 peut-on : a-t-on la possibilité de…, a-t-on le droit…
 vérité : ce qui est toujours de l’ordre du discours ou de la représentation

 La portée philosophique ( = la problématique).
 Comment concilier le principe absolu de la vérité à la diversité des situations et des motivations des personnes qui agissent souvent de manière hésitante ? Peut-on admettre des dérogations à la loi générale qui consiste à dire la vérité ?

 Il faut être attentif à ce que l’on attend de vous.
 Réfléchir à la possibilité qui existe d’articuler un principe universel de morale aux particularités des situations, mais aussi aux conséquences de la thèse que l’on soutient pour répondre à cette question. Chercher à savoir si l’on peut reconnaître un droit de mentir comme on accepte le droit à l’erreur.

 Il faut comprendre de manière précise le sujet.
 Peut-on admettre facilement des dérogations à la loi générale ? Peut-on articuler un principe universel de morale avec la particularité des situations ? Peut-on, à notre convenance, faire plier la réalité devant la force de nos principes ? Que devient LA vérité en tant qu’exigence morale ? Existe-t-il un droit de contrevérité ?

 Il faut être attentif aux différents sens que revêt la notion de « vérité ».
 Revoir les cours.

 Il faut se demander « à quoi veut-on me faire réfléchir » ?
 Réfléchir à ce que désignent le mensonge, le fait de mentir, mais aussi s’interroger sur les motifs qui incitent à mentir. Le souci du pragmatisme autorise-t-il le pouvoir à s’affranchir de tout principe moral ? Un mensonge n’ayant aucune intention de nuire est-il pour autant acceptable ? Les effets pervers du devoir de véracité sont-ils inévitables ? Doit-on suivre Kant jusqu’au bout de ses principes rigoristes ?



Questions préparatoires au sujet « Peut-on avoir le droit de mentir ? »

Sur une feuille, vous répondrez aux questions suivantes en développant chaque point. Vous préciserez les théories auxquelles vous faites référence, ainsi que les auteurs et les exemples qui pourraient être donnés.

1. Quel est le problème posé par ce sujet ?
2. A quoi veut-on vous faire réfléchir ?
3. Quels sont les différents domaines dans lesquels ce sujet pose problème ?
a.
b.
4. Quels sont les grands principes qui peuvent entrer en conflit dès lors que l’on tente d’apporter une réponse philosophique à ce sujet ?
a.
b.
5. Quelles sont les différentes réponses possibles à ce sujet ?
a.
b.
c.
6. Quelles sont les différentes solutions que l’on pourrait apporter au problème posé par le sujet, et quelles sont les conséquences ?
a.
b.
c.

1 commentaire:

Ultima a dit…

Très intéressant ! J'ai pris du plaisir à tout lire.